Noms de domaine : utiliser les nouvelles extensions pour renforcer votre marque

 

Vous avez une marque déposée, mais pas encore de nom de domaine ? Pour en choisir un, vous pouvez opter pour les extensions classiques, mais vous pouvez aussi faire preuve d’originalité.

Depuis 2012, à côté des noms de domaine génériques (.com, .net, .org…) et nationaux (.fr, .de, .uk), on a vu apparaître de nouvelles extensions, qui appartiennent à la catégorie des « new gTLDs ». Ces nouvelles extensions sont extrêmement variées et correspondent aussi bien à des secteurs d’activités (.bank, .wine, .law) qu’à des villes (.paris, .madrid, .amsterdam) ou à des communautés (.lgbt, .diy).

L’autorité en charge de la création de nouvelles extensions, l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) a également créé l’extension .marque, pour permettre aux titulaires de marques de s’approprier l’extension correspondante.

 

1. L’extension .marque : des noms de domaine personnalisés

 

Le .marque est une extension internet correspondant à une marque enregistrée (.leclerc, .google, .orange). Sous certaines conditions, une entreprise peut obtenir de l’ICANN la création d’une extension correspondant à son nom. Elle peut alors l’utiliser pour l’ensemble de ses services digitaux. En 2017, la SNCF a ainsi obtenu l’extension .scnf, avec laquelle elle communique largement : www.oui.sncf (qui a remplacé l’ancienne plateforme voyages-sncf.com), mais aussi gares.sncf pour fournir ds informations sur les gares.

Comme le démontre la SNCF, l’intérêt principal de l’extension .marque est de pouvoir utiliser son nom pour des services variés (sites internet, intranet, adresses mail), et surtout de pouvoir créer un nouveau site à la demande. En effet, le titulaire d’un .marque peut ajouter autant d’adresses qu’il le souhaite. S’il lance un nouveau produit ou service, il n’a pas à s’inquiéter de la disponibilité des noms de domaine correspondants. Le .marque constitue donc une protection supplémentaire contre le cybersquatting.

Toutefois, malgré ses avantages, le .marque ne remplace pas encore les extensions classiques. Les entreprises y restent encore très attachées. On remarque ainsi que la quasi-totalité des entreprises qui ont leur extension .marque continuent d’exploiter principalement le .com. La bascule du site « mère » vers le .marque n’a pas encore eu lieu.

 

2. Utiliser les nouvelles extensions pour bien communiquer sur sa marque

 

A côté des  .marque, il existe d’autres extensions qui peuvent être utilisées pour partager des informations ou des valeurs propres à sa marque. Par exemple, les extensions .bio, .cool, .green, .luxury, .voyage permettent de préciser les particularités de votre marque. Une société spécialisée dans les voyages pourrait ainsi réserver son nom de marque avec l’extension correspondante. Attention toutefois, certaines extensions sont soumises à des conditions d’utilisation particulières : pour utiliser le .paris, il est nécessaire de résider ou d’avoir une activité commerciale en Ile-de-France.

Enfin, il existe également de nouvelles extensions assez loufoques (.fun, .ninja, .lol), mais qui seront faciles à mémoriser. En outre, les .marque sont assez coûteuses et nécessitent un processus complexe pour être obtenues. Il n’en est pas de même pour toutes les nouvelles extensions. Ainsi, certains registrars proposent les extensions .fun ou .party pour moins cher qu’une extension classique .fr ou .com.

 

Enfin, pour bien protéger votre nom de domaine, n’hésitez pas à déposer la marque correspondante. Pour en savoir plus sur les liens entre marques et noms de domaine, consultez le guide des marques.